• Cart
    • Please enable WooCommerce

Voiture de sport

les meilleures occasions

Lamborghini Gallardo LP560 Jaune Pack Sport Model 2014

Lamborghini Gallardo LP560 Jaune
  • septembre 11, 2014
  • Lamborghini
  • Posted by
  • Commentaires fermés sur Lamborghini Gallardo LP560 Jaune Pack Sport Model 2014

lamborghini-hd-wallpaperLa Lamborghini Gallardo est une voiture de sport du constructeur automobile italien Lamborghini. Sa conception est dirigée par Audi, propriétaire de la marque depuis 1998. Très attendue lors de sa présentation au salon automobile de Genève 2003, elle est conçue pour concurrencer la Ferrari 360 Modena1. La marque avait dévoilé son moteur V10 de 5 litres au Mondial de l’automobile de Paris 20022.

Le nom de la Gallardo évoque une célèbre race de taureaux de combat3 de la région de Cadix, nom utilisé afin de rester fidèle aux vœux de Ferruccio Lamborghini, le fondateur né sous le signe du taureau.

Après dix ans de production, la dernière Gallardo est sortie de l’usine le 26 novembre 2013. Avec 14 022 voitures construites, c’est le modèle le plus produit, et de loin, par la marque4. En 2014, la Lamborghini Huracán prendra sa suite.
Dès le début et en cohérence avec le design défini, la phase de conception a été complètement intégrée dans le projet de développement. Ainsi, une complète adéquation entre les exigences de style et les exigences fonctionnelles a été atteinte, en évitant les éléments de style sans base fonctionnelle ou parties fonctionnelles avec une mauvaise apparence visuelle6.

Le dessin fut initié en 2000 par le centre d’étude de style de Lamborghini, les studios d’Italdesign de Giorgetto Giugiaro, avec le concours de l’ancien patron du style Audi, le belge Luc Donckerwolke1. La Gallardo est assez conventionnelle mais très « légère » sans trop d’arêtes nettes et moins alambiquée que la Lamborghini Murciélago2. La face avant est dessinée autour des dominantes entrées d’air de refroidissement6, et de feux verticaux très fins. Le poste de pilotage est particulièrement avancé pour laisser plus de place au moteur et le capot est relativement court. Le galbe des ailes avant et du pavillon évoquant une légère houle2 qui s’oppose en finesse avec les arêtes vives de l’arrière plutôt court. La cinématique des portes en « ciseaux » a été réservée à la lignée traditionnelle des 12-cylindres. Les rétroviseurs extérieurs repliables dynamisent la vue de côté et sont montés sur une épaule évolutive intégrant des entrées d’air6.

De nombreux détails en ce qui concerne l’aérodynamique ont été particulièrement travaillés à l’image des poignées de porte dessinées pour une bonne pénétration dans l’air ou encore du dessin des feux arrières. Les roues, un facteur de différentiation fort dans l’histoire de Lamborghini, ont été développées dans la traditionnelle conception des trous ronds en interaction avec les rayons6.

L’habitacle traité en noir est à l’image des Lamborghini et relativement des Audi, sans plus d’attention que les précédents modèles. La console centrale se prolonge entre les deux sièges et une petite visière derrière le volant permet d’abriter les cadrans de contrôle.

De la même manière qu’Audi et sa structure Space Frame, la « petite » Lamborghini (plus compacte que la Lamborghini Murciélago : 4,30 m au lieu de 4,58 m et moins large de 14 cm2) adopte une structure en aluminium pour les éléments de carrosserie autoporteurs, ce qui permet de contenir son poids à environ 1 400 kg. La répartition des masses (42 % sur l’avant et 58 % sur l’arrière) permet de hautes performances. La Lamborghini Gallardo est animée par un V10 5,0 L ouvert à 90° en position centrale arrière développant 500 ch à 8 000 tr/min et un couple de 510 Nm à 4 500 tr/min. Ce 5 litres, dessiné longue course (82,5 x 92,8 mm), dispose entre autres d’un double calage de distribution variable et de tubulure d’admission à géométrie variable.

lamborghini-hd-wallpaper

La Gallardo offre deux choix de transmissions, une classique « H-Box » six vitesses à transmission manuelle et en option une six-vitesses électro-hydraulique contrôlée « semi-automatique à simple embrayage manuel séquentiel », que Lamborghini dénomme « E-gear ». La E-gear permet au conducteur de faire des changements beaucoup plus rapides qu’en transmission manuelle. Grâce à cette dernière transmission, le conducteur peut actionner les vitesses grâce à des palettes derrière le volant, sans avoir ainsi recours au levier central. Cependant, elle paraît désagréable à cause des à-coups lors des changements de vitesses, et les palettes sont trop petites et peu pratiques pour une bonne utilisation7.

Depuis 2006, avec la venue de la version cabriolet, la puissance a été portée à 520 ch à 8 000 tr/min afin de mieux soutenir la comparaison avec ses plus sérieuses rivales, les Ferrari F430 (qui remplace la Modena) et Porsche 911 GT3 RS. La Gallardo abat ainsi le 0 à 100 km/h en 4 s, pour une vitesse de pointe de 315 km/h. Les trains roulants, la direction et les suspensions ont également été revus, ainsi que la gestion de la boîte électronique E-gear3.

Sur le modèle 2008, un ordinateur de bord, une connectivité USB pour iPod, une surpiqure Q-citura sur les sièges et une couleur beige sur la Spyder, ont été ajoutés à la Gallardo

C’est en 2008, au salon de l’automobile de Genève, qu’est présentée la version retravaillée de la Gallardo, la Gallardo LP560-4. Sa dénomination comprend « LP » pour la position « longitudinale posteriore » du moteur (« longitudinale arrière », position qui était apparue sur la Lamborghini Countach puis repris sur la Lamborghini Murciélago en 200624), « 560 » pour la puissance développée par le V10, et « 4 » pour la transmission intégrale dont elle est équipée. Les différences concernent l’esthétique et le moteur.

La principale modification de cette Gallardo réside dans son moteur, un V10 en aluminium développé selon le principe des vases communicants24. Le V10 de 5,0 L à lubrification par carter sec demeure toujours le même : initialisé à 500 ch sur la première Gallardo, poussé à 520 ch en 2005 puis 530 sur la Superleggera, il est poussé ici à 5,2 L (+243 cm325) par injection directe IDS (Iniezione Diretta Stratifica)26 et atteint les 560 ch à 8 000 tr/min. Le moteur à bloc non chemisé26, qui a ainsi subi un alésageN 3 et introduit une nouvelle cartographie de l’alimentation, met un point d’honneur à réduire les masses en mouvement, entre autres les bielles et les pistons, mais également les frottements afin d’atteindre les 8 500 tr/min26. Le rendement du moteur atteint les 108 ch/L et le couple est de 55 mkg (soit 540 Nm25) à 6 500 tr/min, notamment en raison du taux de compression de 12,5, élevé pour un moteur essence. Ce couple est par ailleurs déployé par l’intermédiaire d’un visco-coupleur. Le poids de 1 500 kg, réparti à 43 % à l’avant et 57 % à l’arrière, entraine un rapport poids/puissance de 2,7 kg/ch. Les performances de ce moteur se traduisent par un 0 à 100 km/h en 3,7 s et un 0 à 200 km/h en 11,8 s.

La transmission manuelle à six rapports ou automatique E-gear est de nouveau présente. Cette dernière a cependant subie une modification en profondeur en vue d’être allégée et de réduire de 40 % les temps de passage entre les rapports24 : 200 ms auparavant pour 120 ms désormais. D’autres points importants ont été revus pour améliorer la performance : le tarage des combinés ressort/amortisseur ajusté, une assistance de direction re-paramétrée ou encore l’apparition de silent-blocs et porte-moyeux24. Lamborghini, et notamment son directeur de communicationN 4, n’omet pas la préservation de l’environnement avec des émissions de CO2 en recul de 18 %, atteignant les 327 g/km27.

La LP560-4 se distingue des autres Lamborghini par différentes révisions esthétiques, dues à Walter de’Silva, lui donnant une allure rappelant un peu la Lamborghini Murciélago LP64024. L’avant de la Gallardo 560 est remodelé à la manière Lamborghini Reventón avec des traits plus marqués au style « avion de chasse ». Les ouvertures avant ont été ainsi élargies et agrandies, tout comme les ouïes sculptées sur les flancs, le tout améliorant le refroidissement des radiateurs et du moteur. À l’image de la Reventón, le nez est plus pointu. Les phares avant comme arrière s’équipent de LED pour un éclairage de jour : à l’avant, les LED prennent la forment d’un « Y » et à l’arrière, le dessin est celui d’hélices. Un aileron rétractable fait son apparition à l’arrière, ainsi qu’un gros diffuseur noir sous les quatre sorties d’échappement rondes. Le gain aérodynamique est alors de 30 %24. Enfin, la LP560-4 arbore de nouvelles jantes à 20 bâtons

Back to top